Information détaillée concernant le cours

[ Retour ]
Titre

Apparaître en animal: présences divines, travestissements d’animaux et relations interspécifiques dans l’Antiquité grecque et romaine

Dates

avril ou mai 2020

Organisateur(s)

Dr Marco Vespa, UNIFR

Intervenant(s)

Prof. David Bouvier, UNIL Prof. Véronique Dasen, UNIFR Prof. François Lissarrague, EHESS – ANHIMA (Paris) Prof. Vinciane Pirenne-Delforge, Université de Liège Dr Alessandro Testa, Université Charles, Prague Dr Jean Trinquier, École normale supérieure de Paris

Description

Depuis quelques décennies les études en sciences humaines et sociales démontrent la nécessité épistémologique de considérer le partage entre nature et culture comme une construction de l’histoire de la pensée moderne occidentale, qui ne retrouverait ni en d’autres cultures ni en d’autres époques. En partant d’un tel constat, la rencontre scientifique ‘Apparaître en animal’ se propose d’aborder les multiples facettes de la relation que les religions et plus en générale les cultures antiques ont élaboré avec les animaux. Les êtres vivants de toutes les espèces jouent un rôle primaire dans la construction de l’expérience religieuse et dans l’imaginaire aussi bien en Grèce qu’en Italie antiques. En réunissant anthropologues, philologues et historien.ne.s de religion, la rencontre scientifique permettra d’aborder plusieurs questions méthodologiques fondamentales pour l’étude de l’Antiquité grecque et romaine: la prise en compte de la dimension interspécifique de la relation homme-animal comme point de départ pour l’élaboration symbolique; la nécessité d’une approche interdisciplinaire et comparatiste visant à reconstruire une spécificité culturelle, telle que la présence des animaux dans le domaine religieux, qui est moins présente dans la culture occidentale monothéiste de tradition chrétienne. Le phénomène religieux sera interrogé à partir d’une confrontation stimulante entre plusieurs approches: analyse critique des textes anciens (comédie, poésie, traités scientifiques), prise en compte de la donnée archéologique et iconographique, élaboration critique des catégories de la science des religions et apport de l’anthropologie culturelle concernant les mêmes phénomènes dans d’autres contextes ethnographiques. Les doctorant.e.s auront la possibilité de participer aux journées en exposant une partie de leur recherche doctorale, mais aussi de profiter des discussions qu’ils/elles dirigeront. Chaque section des deux journées sera ouverte par une conférence méthodologique (modèle ‘master class’) donnée par un.e spécialiste reconnu.e. La rencontre scientifique comprendra des ateliers de recherche permettant aux doctorants non seulement d’établir un contact constructif avec les invité.e.s, mais aussi d’avoir une occasion pour apprendre à gérer le dialogue dans de contexte d’une table ronde, d’organiser un argumentaire et de s’exprimer en public. Les deux journées seront reparties selon les deux points focaux de la thématique, ils prévoient des conférences des spécialistes, des séances de discussions ainsi que des sessions des présentations des recherches doctorales en cours. Compte tenu de la richesse et de l’étendue du sujet, les journées seront articulées principalement autour ces deux axes: a) le travestissement et le masque à sujet animal dans la poésie épique ou comique grecque, surtout dans la composition du chœur caractérisant l’identité de la comédie ancienne dans l’Athènes classique; dans certaines références aux formes de théâtre italique comme l’Atellana; avec une attention particulière aussi à la comédie latine de la palliata qui semble avoir conçu certains de ses personnages comme s’ils étaient des masques à sujet animal, notamment à partir de leurs noms tels que Curculio (le ‘charançon’), Simia (le ‘singe’), Pardalis, (la ‘panthère’) etc. L’appropriation de l’animal et de ses parties de la part de l’homme dans l’iconographie grecque de l’âge classique et de celle gréco-romaine de la période impériale fera aussi l’objet de l’enquête. b) l’association des animaux aux divinités et leur présence dans les noms et dans le déroulement énonciatif de l’action rituelle ou du récit mythique. Bien que les représentations des dieux soient généralement anthropomorphes, certains animaux sont présents dans des épiclèses ou leurs présence préannonce parfois celle de la divinité: quand on voit une colombe, on suppose Aphrodite; quand on voit une chouette, Athéna; tandis que la louve et le pivert sont dits être les animaux de Mars. Ces pistes ne sont cependant pas exclusives: d’autres propositions d’intervention sur la présence animale pourront être prises en compte surtout si elles proviennent des recherches en cours des doctorant.e.

Lieu

Fribourg

Information
Places

16

Délai d'inscription 01.04.2020
short-url short URL

short-url URL onepage