Titre

L'occupation territoriale préhispanique de la frange côtière Ayampe - Puerto López (Équateur). Essai d'interprétation

Auteur Yann Graber
Directeur /trice Matthieu Honegger, PO UNINE
Co-directeur(s) /trice(s)
Résumé de la thèse Débuté en 2002 en collaboration avec la Florida Atlantic University (FAU), ce projet s'intéresse aux modalités d'occupation territoriale préhispanique d'une frange côtière du littoral équatorien. D'une superficie de 183 km2, l'aire d'étude a révélé une intense dynamique d'implantation (320 codes-sites) débutant dès la seconde moitié du IIIème millénaire av. J.-C. (culture Valdivia) pour s'interrompre lors de la conquête espagnole dans le courant du XVIème siècle. Parallèlement, un processus de complexification sociale s'intensifie à partir du tournant de notre ère et aboutit à la constitution de puissantes chefferies côtières qui contrôlaient, entre autres, l'exploitation et l'échange lointain des spondyles, coquillages marins très prisés par les élites et dans les cérémonies andines. La prospection en milieu tropical humide se heurte à certaines difficultés. Une approche méthodologique adaptée aux conditions environnementales locales (faible visibilité, dense végétation, moindre accessibilité...) a donc été développée en vue d'une mise en évidence rapide des cinq millénaires d'occupation précolombienne. L'observation des berges de rivières - à sec durant les mois d'été - s'est avéré la technique de prospection la plus adaptée révélant des habitats de fond de vallée parfois très étendus particulièrement aux confluences hydrographiques. Dans les collines à dense couvert végétal, les chemins vicinaux ont été suivis en vue de mettre en évidence les occupations de hauteur bien plus discrètes et de conservation moindre. Une soixantaine d'étudiants de la FAU ont ainsi reçu une initiation aux techniques de prospection en milieu tropical sec ou humide.
Statut
Délai administratif de soutenance de thèse
URL
LinkedIn
Facebook
Twitter
Google+
Xing