Titre

Le Yabroudien, une entité technique du Paléolithique au Proche-Orient. Étude technologique des industries lithiques yabroudiennes du Levant (Syrie, Liban, Jordanie et Palestine)

Auteur Amjad Al Qadi
Directeur /trice Pr. Marie Besse
Co-directeur(s) /trice(s) Dr. Laurence Bourguignon
Résumé de la thèse Daté aux alentours de 350.000 ans, le Yabroudien est une industrie lithique du Levant, s’intercalant en stratigraphie entre l’Acheuléen et le Moustérien. Cette industrie a été définie par Alfred Rust au cours des fouilles qu’il a menées entre 1930 et 1933, dans un abri sous roche creusé dans les falaises du Ouadi Skifta, près de la petite localité de Yabroud, à 80 km au nord de Damas (Rust 1950). Les industries yabroudiennes présentent généralement un débitage orienté principalement vers une production d’éclats épais à talon large et lisse obtenus par percussion dure en pierre. On identifie notamment, dans le Yabroudien, des racloirs épais simples, transversaux, doubles et déjetés, à retouches scalariformes (Bordes 1958, 1984, Garrod 1956, Bourguignon 1997, Le Tensorer 1997, Al Qadi 2008). La retouche écailleuse scalariforme, appelée sur ces industries retouche yabroudienne, domine très largement. Le Yabroudien est décrit comme une industrie de transition entre le Paléolithique inférieur et moyen (Hours et al. 1973, Copeland 1978, Le Tensorer 2005). Cette culture semble limitée, dans l’état actuel des connaissances, au territoire du Levant : Syrie, Liban, Palestine et Jordanie. Par ailleurs, les industries yabroudiennes offrent des similitudes technologiques et typologiques avec des industries européennes de Paléolithique moyen de sud-ouest de la France, comme le Moustérien de type Quina et le Micoquien de la Micoque (Bordes 1955). Le Yabroudien reste un faciès relativement méconnu. Les sites ayant livré des niveaux yabroudiens sont encore peu nombreux au regard des sites de l’Acheuléen et du Moustérien. Ce projet de recherche, lequel s’inscrit dans la suite naturelle de recherches précédentes menées sur les industries de deux sites - Hummal et Nadaouiyeh Aïn Askar en Syrie centrale - a pour objectif d’étudier les assemblages yabroudiens mais cette fois à une échelle régionale, au niveau de la région levantine. Il s’agit de mener des analyses technologiques, analyses répétées sur plusieurs séries lithiques bien documentées, en priorité sur les sites de Yabroud (région de Kalamoon, Syrie) et de Tabun (Mont Carmel, Israël Palestine), afin de définir l’identité technique du Yabroudien. En effet, le Yabroudien reste un faciès relativement méconnu, si on le compare par exemple à l’Acheuléen et au Moustérien. Une fois le Yabroudien caractérisé, il s’agira alors de repenser la transition du Paléolithique inférieur et moyen sur des bases ouvelles. Nous essayerons d’apporter des réponses concerne le statut culturel du Yabroudien et nous évaluerons les relations du Yabroudien avec aussi bien le Paléolithique inférieur que moyen.
Statut
Délai administratif de soutenance de thèse
URL
LinkedIn
Facebook
Twitter
Google+
Xing